Accueil / reportages / Émilie Baillargeon

Le toit du Mail

Par : Émilie Baillargeon

Le vidéo sera disponible dans un moment. Merci de patienter.
Assurez-vous d'avoir au moins la version 9 de flash installée sur votre ordinateur.

"Ce n'est pas en détruisant le toit du Mail Saint-Roch que tu vas éliminer les mendiants ! "
-Baillar

Dans les années soixante, l'administration de la Ville de Québec offre au Quartier Saint-Roch une artère commerciale qui se veut la plus longue rue couverte au monde ! Le Mail Centre-Ville (qu'on appelle aussi le Mail Saint-Roch) est construit pour concurrencer avec les centres d'achat de banlieue mais ne connait qu'un bref succès commercial. Déserté par sa clientèle, ce symbole de modernité devient rapidement un lieu de socialisation, un carrefour d'échanges de tout acabit et un refuge pour les itinérants.

En 2000, la Ville de Québec exécute un plan de revitalisation dans le Quartier Saint-Roch. L'histoire se répète. On veut attirer les capitaux. Une portion du toit du Mail est enlevée et l'on découvre des bâtiments que plusieurs considèrent comme des trésors achitecturaux. Cette découverte fait la joie de certains et laisse indifférent ceux et celles qui perdent leur lieu de rencontre. Des boutiques fines s'installent sur la rue Saint-Joseph, des logements sont convertis en condos, le coût de la vie augmente et plusieurs déménagements sont forcés.

Aujourd'hui, le tiers restant du toit du mail fait office de souvenir d'une autre époque. On ne fréquente plus l'endroit comme avant. La vivacité de la rue a cédé sa place au silence de l'artère commerciale et bon nombre de bancs, ceux-là mêmes qui ont supporté d'incroyables légendes urbaines, ont été enlevés. Le Mail Saint-Roch est devenu un lieu de passage.

La ville projette de démolir la partie restante du toit du Mail. Certains y voient une solution à l'impasse économique des commerces sous le toit, certains ont hâte de découvrir les bâtiments historiques qui s'y cachent et d'autres veulent conserver cet endroit qui n'a pas complètement perdu sa fonction de refuge.

Il reste néamoins que le démantèlement du Mail Saint-Roch, tel qu'il est souhaité par bon nombre de gens d'affaires de la rue St-Joseph, est le symbole de l'exclusion d'une classe sociale qui habite le quartier depuis longtemps. À voir les pauvres migrer vers d'autres lieux où les loyers sont moins dispendieux, je me demande si le terme "mixité sociale", qui est à la mode à Québec, n'est pas une vue de l'esprit de nos bureaucrates !

Pour poster un commentaire, connectez-vous.

Commentaires

Pas de commentaires pour le moment. Soyez le premier à poster un commentaire pour ce reportage !


Évaluer ce reportage

  • 1 votes
  • Vu 2128 fois

Veuillez vous connecter pour voter